Le 28 Novembre dernier, j’ai eu le plaisir de participer au SI’Amphi : L’agile, ce qui se cache derrière le « buzzword ».

J’ai donc eu 10 min pour introduire un sujet autour de l’agilité avant de participer à une table ronde auprès de Christian Fauré (OCTO), Mellila Benzid (CACIB) et Xavier Castan (CATS), animée par Christine Cuanbinh (CACIB) & David Mourrat (CACIB).

Je vous propose de vous retranscrire quelques notions clefs que j’ai abordées pour répondre à

« Comment incarner une entreprise agile ? »,

une question que je me suis posée en arrivant chez CACD2 il y a 1 an et demi…

L’agilité n’est pas une finalité

Quel est le cap où l’on souhaite aller ?

Que veut-on générer, amplifier ou atténuer ?

Qu’est-ce qui pourrait rendre demain plus satisfaisant ?

 

Aujourd’hui, si je prends un peu de hauteur, ce que je cherche à atteindre et à transmettre avec l’agilité serait :  « Créer de la valeur, en (re)mettant l’humain au cœur, en prônant l’expérimentation et en questionnant nos modes de fonctionnement, tout en se laissant un espace d’adaptation »

Il est évidemment très intéressant de se questionner sur ce que cela implique dans votre contexte de projet, d’équipe, d’organisation, d’entreprise. (Par exemple que signifie : « créer de la valeur » ?)

 

L’agilité se vit, s’incarne au quotidien

Pour moi, l’agilité ne se décrète pas, elle s’incarne.

Cherchons à vivre les choses quotidiennement, à adopter une posture qui nous permet d’atteindre ce cap. Détachons-nous de l’incantatoire et des injonctions de type : « Soyons agile ! ».

 

Une métaphore peut être plus parlante pour exprimer cette notion d’incarnation serait la parentalité.

Est-ce que l’on peut décréter que l’on est parent au moment où l’on tient notre bébé la première fois dans nos bras ? Oui évidemment, ce jour-là, c’est notre première expérience concrète du « être parent », mais tout le chemin restant est à construire. Les choses que l’on fera, pensera, voudra, changeront au fur et à mesure de la rencontre avec notre bébé et surtout de ses besoins changeants dans le temps. Cet enfant va grandir et finalement nous allons grandir ensemble.

Si je reviens un peu en arrière à mes débuts chez CACD2, le premier exemple d' »incarnation de l’agilité » qui me vient, est autour du sujet de la première roadmap agile.

A mon arrivée, le senior staff a demandé aux coachs (Natacha et moi-même) de leur présenter la roadmap agile 2018, un sujet ambitieux et structurant, qui est surtout été l’occasion de poser les premières fondations d’une entreprise agile.

Que souhaite-t-on « impulser » à travers ce sujet  ? Quels sont les messages importants pour nous ?

Un des messages était que :

Chaque collaborateur contribue à l’agilité de l’entreprise.

Cela veut dire que ce ne sont pas quelques personnes au sein de votre organisation qui vont rendre votre entreprise agile, mais chaque personne, va contribuer à sa « juste » mesure à l’agilité de votre entreprise.

Du coup pour réaliser cette roadmap, la première phase a été d’interviewer tous les collaborateurs pour identifier leurs difficultés, leurs satisfactions et attentes.

Ensuite nous avons sollicité le senior staff (Manager de CACD2) en mode atelier (sans slides) pour prioriser les premiers éléments de la roadmap en adéquation avec la stratégie d’entreprise.

En quoi cette élaboration de roadmap va dans le sens de l’incarnation de l’agilité ?

  • Nous sommes partis du contexte CACD2 (pas d’un déroulé de roadmap que nous avons vécu dans d’autres entreprises),
  • L’aborder en mode atelier a posé un cadre de co-construction et de responsabilisation des différents acteurs de l’entreprise,
  • La roadmap 2018 générée était un artefact vivant et ajusté tous les trimestres.

 

 

L’alignement une clef de réussite ?

« L’agilité c’est faire des « post-it » », « L’agilité c’est tout changer à la dernière minute », « l’agilité, c’est aller plus vite », « pas faire de documentation »…

Toutes ces verbatims mettent du poids sur le fait que la définition et la perception de l’agilité de chacun sont différentes et qu’un alignement est nécessaire quand on veut se lancer vers plus d’agilité. Quelle est notre définition commune de l’agilité ?

L’expérimentation, les réussites, les échecs de chacun influent sur cette définition de l’agilité à un instant t.
La plupart des collaborateurs avaient une expérience agile avant d’arriver chez CACD2, avec leur façon de voir les choses, des ancrages sur des « vérités » agile et son mode de fonctionnement, qu’il est intéressant de questionner et adapter pour avoir cet alignement collectif. Qu’est ce que « l’agile by CACD2 » ?

Une façon d’adresser ce sujet d’alignement fut de créer une formation agile sur mesure pour tous les collaborateurs de CACD2 et d’en faire un moment privilégier pour partager ce qu’est l’agile by CACD2 et ses impacts sur le quotidien de chacun.
Il est bien sûr important de faire vivre cette définition et se donner la possibilité de continuer à travailler sur cet alignement dans le temps. Qui peut prétendre tout savoir après deux jours de formation ?

 

 

L’agilité sur toutes les dimensions

On aborde souvent l’agilité uniquement par le prisme méthodologique, qui est finalement qu’une facette de l’agilité.
Pour moi la dimension essentielle à adresser quand on cherche à incarner une entreprise agile, est la dimension « Culture & Valeurs ».
Cette dimension qui est un peu la partie immergée de l’iceberg, est sûrement la dimension qui fait que certains se questionnent en disant : « Mais pourquoi pour eux cela fonctionne alors que l’on a fait la « même » chose qu’eux pour devenir agile ? »
Derrière la dimension « Culture & Valeurs », je mets la confiance, la transparence, le droit à l’erreur, la culture du feedback, du bilan, de l’innovation, l’empirisme, l’acceptation du changement

L’autre aspect intéressant dans le fait de prendre en compte toutes ces dimensions, est que cela permet d’avoir une vision plus systémique des choses, cela amène plus de perspectives de résolution à la source de problématiques rencontrées.
Pourquoi questionner uniquement l’aspect méthodologique si la prise en main d’un framework agile ne se fait pas comme on le souhaite ?

Imaginons que nous avons un sujet de responsabilisation d’une équipe agile, en utilisant cet outil nous pourrions questionner chaque dimension et trouver des terrains de résolution plus puissants.
Ci-dessous un exemple de questions possibles sous les différentes dimensions…

 

Pour terminer,

Voilà je vous ai fait un rapide aperçu de cette introduction de la table ronde Agile du 28 Novembre, j’espère que cela vous a plu et que cette lecture a généré une réaction, de nouvelles questions, une envie d’aller plus loin…

Le SI’Amphi ayant été filmé, vous pouvez retrouver la vidéo complète sur l’intranet groupe CA. (je vais me renseigner pour vous mettre le lien 😉 ) et je serai également ravie d’échanger avec vous !

Je vous souhaite (un peu en avance) une excellente année 2020, et vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures !

Delphine.