Réinventons le BATICA de demain

Un exemple de projet de transformation digitale en co-construction

CAL&F & CACD2

Il était une fois CAL&F

Présent dans 9 pays d’Europe et du Maghreb, CAL&F est un acteur majeur du crédit-bail, de l’affacturage, et du financement des énergies et des territoires en France et en Europe. CAL&F propose des financements spécialisés destinés aux entreprises, aux professionnels, aux agriculteurs et aux collectivités locales.  

En 2017, Crédit Agricole Leasing & Factoring (CAL&F) est en pleine réflexion technique et fonctionnelle sur certains de ses outils et particulièrement sur les nouveaux cas d’usages de BATICA.

 

BATICA, mais Quésaco ?

BATICA, la BAse TIré du Crédit Agricole, est un portail d’informations commerciales et financières sur les entreprises et leurs dirigeants en France et à l’international. 

Créée en 2000 en plein essor d’internet, l’application a été développée d’abord pour le compte propre de CAL&F. Très vite, elle a été adoptée par les Caisses Régionales puis l’ensemble du Groupe Crédit Agricole. Au fil des ans, l’interface s’est enrichie de nouveaux fournisseurs et de nouveaux services à valeur ajoutée permettant de répondre aux besoins de développement et de fonctionnement des entités du Groupe Crédit Agricole. 

A partir de 2010, pour répondre à la demande croissante d’intégration des données dans les SI, BATICA lance sa plateforme Web Services. Plus qu’une simple application de consultation ou d’intégration de données, BATICA est un portail d’achat groupé de données, mutualisant les consommations grâce à sa base cache. Plus le nombre d’utilisateurs est important, plus les économies d’achats de données augmentent. BATICA devient une prestation essentielle pour une grande partie des entités du Groupe Crédit Agricole.

Une petite application, victime de son succès ! 

 

Une petite application, victime de son succès !

Avec un nombre en constante augmentation de nouvelles entités clientes et donc d’utilisateurs et de SI, c’est à partir de 2015 que l‘importance de le refonte de l’architecture BATICA se fait sentir à cause de l’obsolescence constatée ces dernières années sur certains composants techniques. 

 

Cette restructuration est prise en charge par la DSI et la réflexion s’étale sur plusieurs années, en se concentrant sur les évolutions essentielles de la structure technique, pour sécuriser au mieux l’application. 

On y voit plus clair sur les enjeux stratégiques ! 

 

Et CACD2, dans tout ça ?

Crédit Agricole Conseil & Développement Digital (CACD2) a été créé en 2017 par la DSI Groupe pour répondre au besoin d’accélérer la transformation digitale des entités du Groupe Crédit Agricole. Les quelques 50 personnes qui composent CACD2 proposent un savoir-faire complémentaire des métiers du Groupe, afin d’apporter un regard nouveau sur des sujets récents en explorant des nouvelles technologies. 

Fin 2017, un partenariat pédagogique est lancé avec le Paris Digital Lab de l’École CentraleSupélec et CACD2.  Les étudiants retiennent l’application BATICA parmi plus d’une dizaine de projets proposés par le Groupe Crédit Agricole. Notre feuille de mission : Intégrer des données réelles en Open data afin de démontrer l’intérêt de ces données gratuites tout en s’assurant de fournir une ergonomie au niveau des standards de marché, une architecture et des technologies respectant les standards Groupe. 

Début 2018, le POC est concluant et immédiatement suivi d’un POV (Preuve de Valeur) de 4 mois réalisé avec succès par la jeune équipe de la toute nouvelle entité CACD2. 

Plus qu’un prototype, CACD2 réalise, en utilisant les méthodes agiles, un nouveau portail digital, un moteur de recherche tournant sur des sources OPEN DATA, de la presse et des données web scrapées(1) sur les sites des entreprises et des professions réglementées. Tout cela sur une architecture Cloud Public (AWS) de dernière génération et soutenu par les architectes de la DSID CAL&F.

Il est temps de voir plus grand !

 

Des défis à relever, conjointement 

La modernisation de l’architecture et du portail BATICA devient concrète et permet à CAL&F d’envisager de nouveaux services à forte valeur ajoutée et de nouvelles opportunités. 

Ce mastodonte de la data reste un point d’entrée unique pour accéder aux informations externes OPEN DATA et fournisseurs de données essentielles pour la conception de nouveaux services à forte valeur ajoutée.  La mise en œuvre de cette refonte devient indispensable pour faire prendre à BATICA un virage important lui permettant de passer de « simple » agrégateur de données à concepteur de données prédictives à partir de solutions techniques BIG DATA.  

Un premier chiffrage, embarquant les technologies de web scraping et un socle technique composé des technologies NoSQL, est estimé à près de 4 000 JH par CACD2 sur 2 ans et validé par CAL&F. 

De belles ambitions en perspectives ! 

 

Le Nouveau BATICA, un projet d’envergure

Début 2019, avec l’appui de CACD2, un co-financement de Crédit Agricole SA est obtenu pour lancer la refonte de BATICA de 2019 à 2020. CAL&F intègre dans son PMT 2020 la volonté de faire de BATICA LA base de données Entreprises à valeur ajoutée du Groupe Crédit Agricole.  

Ce projet stratégique pour CAL&F et le Groupe Crédit Agricole vise à proposer un nouveau portail incluant de nouveaux services à valeur ajoutée. Il s’agit de repenser l’application en 360°, embarquant l’expérience utilisateur, l’identité de marque, l’architecture IT et développement de données à forte valeur ajoutée. 

En juin 2019, durant cette nouvelle phase de cadrage, une dizaine de collaborateurs de CACD2 accompagnent et sensibilisent les acteurs du projet en réalisant des ateliers de Design Thinking. 

C’est dans cet objectif commun que nous avons pu redéfinir les usages du nouveau portail pour permettre les meilleures passerelles techniques entre l’ancien et le Nouveau BATICA.  

CACD2 a dû délivrer selon des objectifs agiles des briques logicielles et fonctionnelles que les métiers ont exprimé, ce qui assure une construction incrémentale et mature du nouveau BATICA. 

Le projet est bel et bien lancé

 

La complémentarité de deux modèles managériaux différents 

D’un point de vue organisationnel, nous avons trouvé nos marques progressivement en essayant de conjuguer nos savoir-faire respectifsLa complémentarité des métiers s’est donc révélée constructive et très enrichissante pour les deux entités. 

En effet, CACD2 dispose d’une organisation plutôt “horizontale” par son modèle basé sur celui des startups permettant d’augmenter la vitesse, l’innovation et l’expérimentation. CAL&F est positionnée sur une structure plus classique dans la validation de certains process.

Pour mieux appréhender et comprendre nos modèles d’organisations respectifs, nous avons mis en place des rituels nous permettant de nous synchroniser très régulièrement, que cela soit en physique ou à distance.

Pour de grandes entreprises complexes et mondialisées, tel que le Crédit Agricole, devenir plus agile apparaît souvent comme un défi. Cette perception repose en grande partie sur un présupposé : vitesse et stabilité seraient antinomiques.  

Comme le souligne une étude McKinsey “Grand Angle Organisation” parue en 2016, “Dès lors, les dirigeants devraient nécessairement arbitrer entre, d’une part, la vélocité et la flexibilité souhaitables, et d’autre part, la stabilité, indispensable pour réaliser des économies d’échelle, et qui implique un minimum de structures et de processus formels”.  

Leurs travaux de recherche ont montré que vitesse et stabilité ne s’opposaient pas forcément. Bien au contraire, les organisations reconnues comme « agiles » sont justement celles qui parviennent à combiner stabilité – elles sont résilientes, fiables et efficaces – et dynamisme – elles sont véloces, souples et réactives. 

Stabilité, vitesse : choisir… les deux ! 

Finalement, une collaboration aboutie entre CACD2 et CA&LF symbolise une transformation digitale réussie : l’entreprise qui devient agile, c’est le Crédit Agricole. 

 

Dans les faits, CACD2 dispose d’un degré de liberté qui permet d’accompagner la transformation du Groupe Crédit Agricole

En effet, notre phase de cadrage nous a permis d‘ancrer une dynamique apprenante des 2 partis et en voici les principaux bénéfices : 

  • On s’assure de la mise au point des documents permettant d’engager les différents partenaires pour faciliter et sécuriser la collaboration pendant toute la durée du projet 
  • C’est durant cette phase que les différents participants vont pouvoir synchroniser leurs « visions » du projet et établir les règles de fonctionnement et l’organisation générale qui sera mise en place 
  • C’est aussi en définissant clairement les exigences et les éléments de chaque jalon du projet qu’on garantit la correspondance entre le résultat et l’attendu, ou en tout cas que l’on suit précisément et en connaissance de cause les écarts  

Ces solutions garantissent à CA&LF la stabilité requise 

Pour enrichir la communication entre les entités, CACD2 a intégré plusieurs collaborateurs CAL&F au sein de l’équipe de réalisation, ce qui a permis d’être au plus proche de l’information, d’avoir à nos côtés des collaborateurs qui connaissent très bien le produit actuel et d’améliorer la connaissance métier des équipes.

Tandis que CACD2 met son agilité au service du Groupe Crédit Agricole 

“En effet, en étroite collaboration avec les équipes Crédit Agricole Infrastructure Platform (CAGIP) et DSID CAL&F, CACD2 étudie et met en œuvre rapidement les arbitrages technologiques liés à la stratégie de la DSID CAL&F et aux exigences des normes Groupe IT.  Pour étayer la faisabilité d’une architecture repensée par rapport au POV, CACD2 met en place de véritables POC sur toutes les nouvelles briques technologiques parfois inconnues du Groupe Crédit Agricole ou non encore éprouvées” explique Patrick de Gouttes.

 

Et demain, faire ensemble 

Le premier bilan de ce parcours de collaboration entre CA&LF et CACD2 est très positif, nous sommes fiers de pouvoir participer à ce beau projet. 

Aujourd’hui il est important de poursuivre ces efforts engagés avec BATICA pour continuer d’apporter nos conseils afin de créer un environnement toujours plus favorable. 

À l’heure où le virage culturel s’opère entre les banques et les start-up en matière de migration de données sur le cloud et d’acculturation à l’esprit start-up, CACD2 a pour défi d’accompagner et de s’adapter aux nouveaux enjeux actuels. 

En effet, le récent rachat de Shine par la Société Générale démontre qu’au-delà de compléter une offre de service du groupe bancaire via un nouveau produit, les banques ont aussi besoin de repenser leur écosystème. Elles pourront ainsi intégrer des méthodologies Agile et un environnement innovant qui seront vraisemblablement des facteurs clés de succès.  

La croissance externe permet d’infuser cette philosophie “start up” tout comme CACD2, lorsqu’elle est internalisée dans les projets, qui apporte de nouveaux réflexes et agit sur ces mêmes leviers.  

Notre enjeu de demain sera de répondre collectivement à la question suivante :  

Comment conjuguer la puissance des grands groupes bancaires et l’état d’esprit start-up dans un monde compétitif où les nouveaux usages font lois ?

____________

Notes :
(1) Le web scraping est une technique d’extraction du contenu de sites Web, effectuée par un script ou un programme, dans le but de le transformer pour permettre son utilisation dans un autre contexte.